Chauffage à bois (pellets) : augmentation des prix

Chauffage à bois : les distributeurs pourraient livrer « en priorité » ceux dont c’est le « seul moyen de chauffage », prévient la filière

Selon France Combustibles, « les prix vont continuer à augmenter un peu, puis se stabiliser » mais malgré la hausse du prix, ça reste une énergie intéressante car sa TVA « n’est que de 10%, contrairement aux autres énergies de chauffage. »

Le séchage au gaz, n’est que dans les fabrications en contenu. En artisanal et discontinu. , la sciure ne met qu’un mois pour sécher.

https://www.francetvinfo.fr/economie/energie/chauffage-a-bois-les-distributeurs-pourraient-livrer-en-priorite-ceux-dont-c-est-le-seul-moyen-de-chauffage-previent-la-filiere_5341957.html

PNR Ariège: La forêt, le bois

Une ressource à valoriser

Surexploitée jusqu’au début du XXe siècle, la forêt des Pyrénées Ariégeoises est aujourd’hui très présente.

La forêt couvre la moitié de la superficie du PNR et tend encore à progresser. Le volume de bois sur pied s’accroît annuellement d’une valeur quatre fois supérieure aux prélèvements. Une partie importante de ces espaces forestiers ne fait pas actuellement l’objet d’une démarche sylvicole.
Le Parc travaille avec ses partenaires à la connaissance, à la gestion et à la valorisation de cette ressource importante.


https://www.parc-pyrenees-ariegeoises.fr/les-actions-du-parc/la-foret-le-bois/

Forêts, biens communs

Une proposition de loi en co-construction
Parmi les axes principaux qui devraient figurer dans la proposition de loi selon un communiqué transmis par le groupe de travail : l’arrêt des coupes rases, l’interdiction des pesticides et des arbres génétiquement modifiés, la limitation de la mécanisation, l’arrêt des grandes centrales à biomasse mais aussi le renforcement du service public forestier et l’amélioration des conditions de travail des ouvriers forestiers et bûcherons.

Cette proposition de loi s’articule en 5 axes :

  • Défendre l’écosystème forestier ;
  • Garantir un service public national forestier fort ;
  • Reconnaître la foret comme un puits de carbone indispensable dans la lutte contre le changement climatique ;
  • Relocaliser et développer des filières de transformation et d’utilisation locale du bois et améliorer nettement les conditions sociales des ouvriers forestiers ;
  • Reconnaître la forêt comme bien commun.https://foretsbienscommuns.fr/

à voir :

 

Le bois énergie en Ariège

Or vert pour certains,
ogre capitaliste (dévoreur de forêts) pour d’autres.

Actuellement, il y a une levée de boucliers contre la mégascierie de Lannemezan censée, un jour, couper ’tondre à ras’ tous les/nos hêtres des Pyrénées jusque dans les vallées les plus reculées.
La même chose avec la (future) centrale à biomasse de Gardanne, censée elle couper tous les hêtres jusqu’aux coins les plus reculés des Cévennes. Centrale qui avait 4 fours à charbon, dont un reconverti à la biomasse, qui pour l’instant, ben, n’a pas produit grand-chose.
Certains partis politiques comme LFI et EELV sont contre le bois énergie et préconisent de petites scieries, mais pour l’instant, n’ont pas fait grand-chose et n’ont pas trouvé la solution contre l’achat massif de chênes français par la Chine pour être utilisés et manufacturés par eux et même revenir transformés en France.

En laissant les forêts tranquillement vivrent leurs vies, par rapport à la déprise agricole et à l’augmentation et à la raréfaction de l’énergie fossile, il a été envisagé d’exploiter la biomasse des anciens prés en friches des moyennes vallées montagnardes, pour générer de l’emploi autonome et rentable. Vallées pour l’instant soutenues à bout de bras par la PAC, RSA et subventions publiques diverses.
Lire la suite

Microentreprise hightech (mécanique) rurale

Terminologie

Terme à trouver. Le Low (cost) HighTech  DIY (fabriqué soi-même), une nouvelle économie rurale, microentreprise hightech (mécanique) rurale.
Artisanat tech, individual tech, small-tech, micro-tech, easy-tech.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Low-tech#Le_low-cost

Les grandes exploitations forestières mécanisées à gros capitaux (araignées, broyeurs, … ) gigantesques. rendement faible, donc gros débits pour rentabiliser, coupes rases presque obligatoires.

L’exploitation de la biomasse des friches (arbustes, ronces, fougères, herbes), avec la technologie appropriée et à bas cout permettrait de rentabiliser en partie ou en totalité leurs défrichements. Et serait même compétitive par rapport à l’agriculture traditionnelle de montagne. On a même vu dans certains coins, des exploitants transformer en pellets combustibles de balles de foin.

L’exploitation rentable des microressources demande une certaine technicité, micromachines copiant les grosses, mais compliqués, pas forcément chères

Micromachines pouvant être réalisés par des bons bricoleurs, OS, équipés, mais à peu de frais (bon technicien)

Demande de connaître les principes techniques à miniaturiser, pas forcément été ingénieur.
Assez répandu en Russie et en Europe de l’Est, ou si la population a peu de moyens de l’état, ils compensent en étant inventif et bricoleurs.

Machines pouvant être numériques pilotées par des microcontrôleurs (style Arduino, Raspberry pi) démocratisés et popularisés..

économie, rentable cout de production individuel compétitif par rapport aux grosses sociétés..

intermédiaire entre un fablab mécanique et un miniatelier (micro-usine)

Fabriquer ses propres granulés de bois

Vous avez envie de fabriquer vous-mêmes vos granulés de bois ?
Avec des broyeurs à branchages, déchiqueteuses et des presses à pellets à prix abordable. Les pellets se vendent environ à 0,33 € le kg soit 5 € le sac de 15 kg. 09/2022, les prix ont doublés

Important: Si les pellets (granulés de bois) se fabriquent généralement avec les résidus de scieries ou branches (rémanents) ou même de bois entiers broyés (râpés), ils peuvent se faire de manière artisanale avec les produits du débroussaillage de friches (noisetiers, ronces, robiniers/faux acacias, Miscanthus, herbe, fougères, orties ) à prix compétitifs (plus facile à broyer) et de manière locale. ça permet de valoriser en partie ou en totalité le défrichage.

Ces machines peuvent être achetées par des entreprises artisanales, agriculteurs, ou même des collectifs d’habitants, pour produire des pellets.

Tutorial :

Les étapes pour fabriquer ses pellets :

  1. Broyage du bois avec le broyeur de branches :
    Soit en 2 passes pour un broyeur à couteaux et marteaux, soit avec 2 machines.
    Il faut d’abord procéder à un premier broyage grossier du bois.
    – Broyeur thermique Ceccato Tritone One Avis sur les broyeurs
    – broyeurs de branches et végétaux
  2. Effectuer un deuxième broyage, fin :
    Le produit issu du premier broyage doit être introduit à nouveau dans le broyeur de branches. broyage de la matière, bois sec
  3.  Séchage du broyat :
    Le bois à hacher doit être vert, il faut sécher le broyat pendant un mois. Le degré d’humidité   doit être entre 10 et 14%.
    utile: Bâche de séchage  pour plaquettes de bois
  4. Une fois le broyat sec, il faudra le transformer en granulés avec une presse à pellets.

3-Fonctionnement d’une presse à pellets

Deux  tambours compressent la sciure et la font passer dans une grille perforée pour générer des micro-tiges, qui sont ensuite cassées par une plaque métallique.
Tambours verticaux dans les grandes presses et horizontaux dans les petites.

détail d’une presse de fabrication de pellets. Compression de la sciure en granulés.
Cliquez pour voir la vidéo

éclaté d’un tambour à pellets .

Fabrication artisanale « facile » d’une presse à pellets.